Thomas nous parle du conseil et des opérations en start-ups

Thomas nous parle du conseil et des opérations en start-ups

Thomas a rejoint LBF il y a 6 mois en tant que COO ; il avait une première expérience dans le conseil ainsi que dans l’industrie chez Buffalo Grill. Si vous aussi vous cherchez à recruter un COO ou un ancien consultant dans votre équipe, contactez nous ici.

Où as-tu commencé ta carrière et quel est ton prochain projet ?

J’ai commencé chez Advancy en stage de fin d’études. J’y suis resté un peu plus de 2 ans et demi. J’ai eu la chance de vivre une période de forte croissance : l’équipe a grossi de 50 à 80 consultants. J’ai de très bons souvenirs chez Advancy notamment une super ambiance, des responsabilités très rapidement (face aux clients) et des missions passionnantes. Travailler chez Advancy, dans une boutique de conseil en stratégie (vs. Top Tier), m’a permis de comprendre le niveau d’exigence à avoir pour non seulement gagner la mission mais aussi pour répondre aux attentes du client (et par la suite revendre) ; c’est en cela le fort côté entrepreneurial dont on parle souvent.

De façon générale, le conseil m’a permis de structurer mon approche d’un problème et sa résolution, d’être flexible et multi-tâche, et de me faire une conviction sur le secteur dans lequel je souhaitais évoluer. J’ai aussi pu gagner une certaine confiance en moi : capacité à se dire que face à un problème, il y existe toujours une solution.

Je suis parti d’Advancy pour deux raisons : le mix de mission me convenait de moins en moins et surtout pour aller vers plus d’opérationnel. J’ai rejoint Buffalo Grill en tant que bras droit du PDG, ce qui est une bonne porte d’entrée dans le corporate, pour évoluer ensuite vers un rôle de responsable de la performance opérationnelle et investissements. J’ai beaucoup aimé travailler dans une entreprise sous LBO : il y a à la fois toute la partie politique et communication actionnaire et interne d’une société structurée, mais aussi le côté extrêmement rapide et dynamique d’une petite structure.

Comment as-tu choisi ton prochain challenge ?

J’arrivais à la fin d’un cycle chez Buffalo Grill : 3 ans et deux postes. J’avais besoin d’un nouveau challenge dans un projet ou je me projetais davantage. En complément de cela, j’avais la conviction que je voulais rejoindre une start-up pour avoir plus d’impact et être encore plus dans l’opérationnel.

C’est ainsi que j’ai de suite été emballé par l’aventure LBF et le poste de COO : super fit avec les fondateurs et les collaborateurs que j’ai eu la chance de rencontrer, un projet qui me parle et me correspond plus et auquel je crois à 100%, ainsi qu’un contenu de poste très varié et à forte responsabilité (à la fois très ops et très strat’).

En quoi Movemeon pour toi diffère des autres plateformes de recrutement ? 

J’ai historiquement été en contact avec des cabinets de chasseurs de têtes notamment en liant et en maintenant des relations avec eux pour me tenir au courant des opportunités. J’ai découvert Movemeon par le bouche à oreille courant 2019 pour vraiment l’utiliser fin novembre 2019. C’est ensuite aller très vite : j’ai rencontré Marc et Martin en janvier 2020 pour accepter leur offre en février.

J’avais une vision de Movemeon assez automatisée, très orientée newsletters automatiques par exemple. Mais en réalité, ce n’est pas vraiment le cas. Il y a un vrai suivi des candidats, notamment après la prise de poste. J’ai aimé le positionnement de ne pas te coacher pour les rôles ; tu perds moins ton temps et tu sais que si ça ne se fait pas, c’est parce qu’il y a de bonnes raisons.

Qu’est ce que c’est les opérations en start-ups ?

C’était assez flou pour moi notamment en startup notamment tech mais chez LBF, c’est très clair. Les opérations couvrent les achats, la logistique et la production. Les différents concepts et offres commerciales (marque blanche, etc.) avancent très vite, mon objectif est de servir ces ambitions développées par LBF. Nous avons ouvert notre propre brasserie en début d’année et il faut notamment structurer tout cela : flux logistiques, structurer l’équipe, anticiper les futurs investissements, etc. En plus de celà, j’ai une partie de mon travail plus macro où je travaille avec Marc, Martin et Youssef sur les orientations de LBF, la progression du BP, etc. Je dirais qu’aujourd’hui, je passe 60% ailleurs que devant un ordinateur.

Quel a été l’apport du conseil pour ce rôle ?

Le conseil m’a permis de construire des fondamentaux solides : capacité analytique/problem solving, “storytelling”, confiance en soi, etc.
Néanmoins, j’ai vraiment l’impression que c’est mon expérience chez Buffalo Grill qui m’a permis d’avoir toutes les armes pour réussir chez LBF en comprenant notamment les interactions politiques au sein d’une entreprise et de vivre une première expérience de “vrai” management.

Movemeon connecte des (ex) consultants et freelances grâce à des perspectives d’emploi, conseils et événements. Inscrivez-vous gratuitement et recevez des offres d’emploi, des conseils d’experts et des invitations à des rencontres professionnelles afin d’agrandir votre réseau. 

5 1 vote
Article Rating

Related articles